LA CHAPELLE DU CLOîTRE

  1. Maquis du 1er BATAILLON FFI - HAUT LIEU DE LA RESISTANCE

LES FAITS : JUIN – JUILLET 1944 :

LE DEBARQUEMENT DES TROUPES ALLIEES

ET SES REPERCUSSIONS A COLPO

Le 6 Juin – En Normandie les troupes alliées prennent pied sur le sol de France et vont commencer avec la participation de la Résistance à libérer notre patrie de l’occupation nazie.

Le 7 Juin – De bonne heure dans la matinée, monsieur FARDEL, secrétaire de mairie à COLPO, est arrêté par quatre agents de la police allemande. Il est d’abord incarcéré à la maison d’arrêt de Vannes, puis transféré à Rennes où il sera libéré deux mois plus tard par les troupes américaines.

A partir du 11 Juin – Le 1er bataillon des F.F.I. du Morbihan rassemble dans le bois de Botségalo quatre compagnies et une dans celui de Treulan, au total cinq compagnies soit un effectif de onze cent hommes armés.

Le 11 Juin – Eugène NEDELEC originaire de Keryado est abattu à Coët-By par deux soldats de la Wehrmacht qu’il avait attaqués.

Le 18 Juin – Une compagnie de maquisards montre qu’elle peut sortir de Botségalo ; elle se rend au bourg de Colpo pour rendre les honneurs au patriote tué à l’ennemi. Son chef place ses hommes à l’entrée du pays sur chaque route qui y donne accès, ne conservant qu’une section pour défiler, drapeau en tête, jusqu’au cimetière. Peu après le défilé, un camion venant de la direction de Vannes fait feu sur ceux qui veulent lui barrer la route et en blesse trois. Un fusil-mitrailleur riposte, deux ou trois soldats allemands sont tués et le camion désemparé va se renverser dans le fossé. Il en sort des civils, un homme à casquette de marin-pêcheur, deux femmes et un enfant. Sur ce, une voiture de tourisme occupée par plusieurs officiers se présente à son tour ; nouvel échange de coups de feu, un colonel d’aviation est mortellement blessé. Il est temps de se retirer. On emmène les civils prisonniers dans le bois de Botségalo pour les interroger. Ils sont ensuite conduits à l’orée et libérés.

Le 19 Juin – Les compagnies jusqu’alors séparées se rassemblent et complètent leur armement. Le poste de commandement du bataillon et la compagne de commandement LE FRAPPER, sont installées au milieu du bois, à sept cent mètres au nord du village de Kerret, entièrement couverts par les quatre autres compagnies : FERRE au nord-est, GOUGAUD au sud-est, LHERMIER au sud-ouest et MILES au nord-ouest.

Le mercredi 21 Juin à 14 heures Le camp est attaqué par un important groupe de cosaques venus par la route de Ty-Planche à Colpo, ratissant la campagne du nord au sud. C’est un poste de guet de la compagnie FERRE qui est le premier pris à partie. Les deux guetteurs, LE BOURSICAULT et JOLIVEL sont tués, mais le camp est alerté. Alors que la section attaquée se replie légèrement dans le bois, les cosaques continuent leur progession vers le sud et se heurtent à la compagnie GOUGAUD qui engage le combat. Le jeune Jean BELLEC est tué.

Les cosaques obliquent alors vers l’ouest et sont déjà tout près du P.C. du bataillon qui avec la compagnie LE FRAPPER s’est replié sur les compagnies LHERMIER et MILES afin de parer à toute éventualité. Arrivés jusqu’à la cuisine du P.C., les cosaques sont alors pris sous le feu d’un groupe de la compagnie GOUGAUD, commandée par le sergent-chef LEPPE, ancien de la coloniale qui, personnellement abat le chef des attaquants provoquant le retrait immédiat des cosaques vers le nord.

L’engagement qui fut court mais rude avait néanmoins duré une bonne heure et demie et l’ennemi laissait plusieurs morts sur le terrain. Les allemands se retirent, emportent leurs morts et, en s’en allant, fusillent à " Gabit " quatre patriotes qu’ils ont arrêtés quelques heures plus tôt aux alentours de Bieuzy-Lanvaux.

Pressentant une riposte en force de la part de l’ennemi, le commandant HERVE rassemblait

le soir même son bataillon et à vingt et une heure trente, ce dernier se repliait en entier

sur le bois de Floranges en forêt de Camors où il arrivait le 22 juin au matin.

Le 22 Juin au matin – Les allemands tirent au mortier sur Botségalo où il ne reste plus personne ; ils fouillent ensuite le pays jusqu’à midi, vainement et doivent s’avouer leur méprise.

Le 23 Juillet – On découvre dans les bois de " Koët-Kermeno " près de Botségalo, les corps de vingt-quatre patriotes qui avaient été faits pour la plupart prisonniers au combat de Kervernen le quatorze juillet. Le 18 juillet, treize d’entre eux avaient été extraits des geôles de Locminé avant d’être abattus ; le vingt-deux juillet, onze autres sont amenés au même lieu et exécutés d’une balle dans la nuque. L’un des fusillés, Fernand CAROUET, du Sourn, après une courte syncope revient à lui. La balle qui l’a atteint lui à perforé une oreille puis est ressortie par le haut de la joue. Il reste coi, puis quand il s’avère que les bourreaux sont partis, il trouve la force de se relever et de marcher jusqu’à une grange où un cultivateur de Kerret en GRAND-CHAMP, Antoine LE CORRE , le découvre le lendemain matin.

Le 3 Août – A la veille de leur départ les hitlériens perpétuent de nouveaux crimes. Le patriote Henri JEGAT, de Bignan, est extrait de la prison de Locminé et fusillé à " Trébimoël " en Colpo.

LISTE DES 33 PATRIOTES "MORTS POUR LA FRANCE" A COLPO EN 1944

D'après le registre de l'état civil

le 11 juin à Coet-by:

Eugène NEDELLEC, 32 ans, domicilié à KERYADO.

le 21 juin à Gabit:

Edouard LHERIDAUD, instituteur,domicilié à BIEUZY-LANVAUX;

Joseph CONAN,17 ans domiciliéà BIEUZY-LANVAUX;

Alexis PRIGENT, 26 ans garcon de café,domicilié à BIEUZY-LANVAUX.

René DONIAS, 22 ans, domicilié à PLUMERGAT.

LE 21 JUIN à Ker Charlotte :

Jean jacques BELLEC, 23 ans, commis des contributions directes domicilié à VANNES;

Lucien JOLIVEL,19 ans étudiant, domicilié à VANNES;

Roger LE BOURSICAUD, 21ans, employer de bureau, domicilié à TREFFLEAN

LE 13 JUILLET à Coet-kermeno (Botségalo)

Roger le GREGAM, 21 ans, domicilié à SENE.

Jean le GREGAM, 28 ans,domicilié à SENE.

Julien GARAUD, 23 ans, domicilié à BAUD,

Auguste GILLET, 31 ans,domicilié à GUEHENNO,

Louis LE DUIC, 22 ans, domicilié à BIEUZY-LANVAUX.

Laurent HENRIO, 19 ans, domicilié à HENNEBONT.

Marcel DOUSSINEAU, 37 ans, domicilié à PUTEAUX.

Georges CORVEC, 20 ans, domicilié à PLUMELIAU

Marcel LE ROY, 24 ans, domicilié à SAINT-THURIAU.

Robert ROBO, 21 ans, domicilié à SAINT-THURIAU.

Raymond MAHO, 20 ans, domicilé à GUENIN.

Deux Patriotes non identifiés

LE 22 JUILLET à Coet-kermeno ( Botségalo)

Louis LE BARS, 27 ans, domicilié à GUEMENE SUR SCORFF.

Charles RENAULT , 34 ans, domicilié à AUBOUE.

Joseph BRIENT, 26 ans, domicilié à BAUD.

Lionel DUBRAY, domicilié à ATHIS-MONS.

André LE GLEUHER, 20 ans, domicilié à LANDAUL.

Edouard LE PENNE,29 ans, domicilié à HENNEBONT.

Pierre LE BOT, 23 ans, domicilié à CAMORS.

Robert LE CALVE, 31 ans, domicilié à PONTIVY.

Tois Patriotes non identifiés.

Le 3 Août à TREBIMOËL:

Henri JEGAT, 24 ans, Sous Officier,domicilié à BIGNAN.

                                                    RETOUR AU DEBUT           rulano@wanadoo.fr

               RETOUR AU DEBUT           rulano@wanadoo.fr